Le fourre-tout de Geouf

CineGeouf

juillet 13th, 2009 at 13:26

Brüno de Larry Charles

Résumé: Animateur vedette d’une émission sur la mode en Autriche, Brüno se retrouve du jour au lendemain déchu de son piédestal après un incident malencontreux lors d’un défilé de mode. Bien décidé à ne pas se laisser abattre, il part pour Los Angeles afin de devenir une superstar…

 

En 2006, Sacha Baron Cohen avait provoqué un mini séisme au cinéma avec l’excellent Borat, dans lequel son personnage de Kazakh raciste et antisémite faisait ressortir les pires instincts de l’Amérique bien pensante. En 2009, le créateur du personnage d’Ali G revient au cinéma avec Brüno pour cette fois s’attaquer aux mœurs sexuelles du pays, et plus particulièrement à son homophobie latente.

Avec Brüno, Sacha Baron Cohen reprend la formule gagnante de Borat : un personnage excentrique plongé au milieu de personnes réelles sous prétexte de filmer un reportage et provoquant ainsi des réactions spontanées et plus ou moins extrêmes. Le scenario est une fois de plus très limité, et la réalisation peu recherchée (on est bien souvent dans du style caméra à l’épaule, totalement logique et justifié par le format du film) mais bien évidemment, ce n’est pas pour cette raison que l’on va voir Brüno au cinéma, mais pour découvrir quelles folies Sacha Baron Cohen a pu inventer cette fois. Et là il faut bien avouer qu’on en a pour son argent, Brüno s’avérant encore plus extrême et provocateur que Borat. Cohen se lâche totalement, au risque de s’aliéner une partie du public. Car l’acteur donne ici de sa personne comme jamais auparavant, se lançant dans de langoureux corps à corps homosexuels, exposant à l’écran ses parties génitales, enfilant des tenues plus extravagantes les unes que les autres, risquant de se faire lyncher par une bande de rednecks ou par des intégristes israéliens… Il cultive le mauvais goût avec génie, poussant parfois le bouchon un peu loin (la scène de fellation au fantôme est ratée et trop longue, le passage en Israël, bien qu’édifiant, n’a pas vraiment sa place dans le film) mais faisant mouche 90% du temps. Le résultat : un gros foutoir jubilatoire et hilarant durant lequel on ne s’ennuie pas une seule seconde.

Mais au-delà de la provocation gratuite, le film se veut comme Borat une mise en avant et une dénonciation des maux de l’Amérique moderne. Une fois de plus, Sacha Baron Cohen réussit parfaitement à faire rire et réfléchir (voire effrayer) à la fois. Certaines scènes sont en effet à la fois hilarantes et terrifiantes et font se demander dans quel monde nous vivons. Brüno lève le voile sur un monde où des mères sont prêtes à faire faire des  liposuccion à leurs gamines juste pour les faire poser pour une séance photo, où un professeur d’autodéfense déclare sans rire que si un homme est prévenant avec un autre homme, il est certainement gay, où des chargés de relations publiques choisissent pour les stars les causes humanitaires auxquelles s’intéresser (le Darfour c’est déjà pris alors il faut trouver un autre pays), où des prêtres spécialisés prétendent pouvoir aider les homosexuels à revenir sur le « droit chemin » tout en méprisant les femmes… Bref, il faut vraiment avoir des œillères pour occulter le côté satirique du film et n’y voir qu’un déballage vulgaire de chair et de sexe.

Encore plus extrême que Borat, Brüno remplit parfaitement son office, faire rire son public durant 90 minutes. Mais plus qu’une simple blague potache pipi caca, le nouveau film de Sacha Baron Cohen propose un regard lucide et acéré sur la société d’aujourd’hui (pas seulement américaine) et fait réfléchir (et fait parfois réellement peur). Un long métrage qui ne manquera pas de provoquer des réactions épidermiques de rejet chez les « gardiens de la morale » et autres esprits chagrins incapables de voir plus loin que le bout de leur nez. Et c’est tant mieux car c’est exactement ce qu’on lui demandait !

 

Note : 8/10

9
  • 1

    Une fois n’est pas coutume, je ne suis pas du tout d’accord avec toi. Je suis vraiment quelqu’un d’ouvert d’esprit et j’adore quand un film transgresse les règles. Mais si c’est pour faire un pareil foutoir et s’attaquer à tout et n’importe quoi sans jamais gratter la surface non merci. Pour moi Bruno c’était une suite de sketchs pipia caca, avec une très très vague critique de la société américaine, qui est en outre totalement démolie par l’humour pénible et archi-répété de Sasha Baron Cohen. Ce que je reproche, ce n’est pas le style, mais c’est de s’attaquer à tout et d’en faire des tonnes. Je ne sais pas comment le public a accueilli le film en UK, mais en Belgique en tout cas la salle était comble au début, et il restait au maximum 10 personnes en fin de projection. Certains se sont sans doute barrés parce qu’ils étaient choqués, mais je doute que 80 jeunes soient de vieux puritains. Bref, pour moi le film partait d’une bonne idée, le personnage avait une identité vraiment unique et le film avait du potentiel, mais l’humour trop axé cul, certaines scènes carrément merdiques (la féllation au fantome comme tu le dis), et le fait qu’il en fait des tas et des tas m’a laissé totalement indifférent.

    Après boarf oui, il y a de l’idée et le fond du film était bon. On sent ce qu’il a voulu faire, et ça aurait pu être génial, mais Sasha a un style beaucoup trop populaire pour moi.

    Etienne on juillet 14th, 2009
  • 2

    Oui, j’ai lu ta critique et pour etre tout a fait honnete, j’ai l’impression que tu es passe totalement a cote du film.
    Premierement, il ne s’attaque pas a tout et n’importe quoi, mais au rapport des gens avec l’homosexualite et la celebrite aux Etats-Unis. Et c’est justement pour montrer que les mentalites ne changent pas quand on parle de sexualite qu’il montre son penis a l’ecran (et il ne faut pas abuser, on ne le voit que lors d’une sequence, contrairement a ce que tu affirmes). La meilleure preuve: il suffit de montrer un penis pour que les gens soient outres ! Alors oui, le film est axe cul, vu que la sexualite est son sujet ! En clair, tu te contredis en disant qu’il part dans tous les sens mais qu’il est axe cul…
    Ensuite, il n’enchaine pas les blagues racistes, mais agit en tant que revelateur de l’agressivite de certaines personnes. Dans Borat, les gens faisaient encore un peu attention pour ne pas etre taxes de racistes, mais quand il s’agit d’homosexualite, la donne est differente, on prend moins de pincettes…
    Honnetement, je ne sais pas a quoi tu t’attendais, mais ta critique est vraiment de mauvaise foi. Le film mise tout ou presque sur son personnage haut en couleurs? Ben oui, comme Borat, et c’etait annonce des l’affiche (le film s’appelle Bruno, que je sache). Il choque juste pour vendre? Non, il choque pour faire reagir… Si tu es choque par la nudite c’est que reellement tu n’as pas suivi le film. Moi ce qui m’a choque, c’est la reaction des gens a l’ecran (de vraies personnes, est-il besoin de le rappeler). Entre les rednecks qui veulent lui faire la peau ou les meres de familles inconscientes pretes a tout pour leur 15 minutes de gloire, je ne sais pas qui est le pire…
    Bref, desole, mais on est au-dela d’un avis divergent, la, vu que je trouve ta critique d’une totale mauvaise foi…

    Geouf on juillet 15th, 2009
  • 3

    Je crois que ca c’est les avis de tout un chacun, bon après hein, j’imgine que certains sont plus réactifs que d’autres. Moi j’y suis allé en pensant m’amuser, voire en voyant une forme de critique de la société et j’ai vu une comédie pénible dans la veine de SuperHeros Movie et compagnie. De l’humour gras, des acteurs qui en font des tonnes, des passages ridicules à outrance. Pour moi ce film est complètement (ou presque) raté. Après je n’ai rien contre Sasha Baron Cohen et je suis le premier à cracher sur la société en général, donc non à la base il n’y a pas de mauvaise foi, c’est juste que j’ai trouvé le divertissement pénible et ridicule. Je lis partout « C’est un film pour changer l’avis des gens, qui vise les adultes ». Bah moi ça m’a fait pensé à une comédie teenager axée cul, qui va dans tous les sens (avec comme tu le dis un sujet principal qui est l’homosexualité et la célébrité) et qui ne fait qu’effleurer son sujet. Alors oui, sur Internet je lis des avis très positifs, mais dans toutes mes connaissances qui l’ont vu, je n’en ai pas entendu un seul qui avait ne serait-ce que supporté le film. Perso ça m’a laissé totalement indifférent comme je l’ai dit, et des scènes que j’ai trouvé nulles y en a un paquet : la féllation imaginaire, le passage entre les juifs et les arabes, le long silence et les rednecks, le défilé de mode, les auditions pour les gosses, l’interview d’Harrisson Ford (vu 1000 fois), sa tentative d’émission… Après oui y en a des réussis : le talk show avec son fils, qui demeure plus ou moins réaliste tout en montrant un sérieux problème. Mais j’ai trouvé l’humour vraiment trop « con » pour parler franchement, les personnages trop excentriques et les gags trop appuyés pour trouver ça bon. Je trouve qu’il y avait vraiment moyen de faire mieux et de toucher davantage en faisant moins le mariole.

    Etienne on juillet 16th, 2009
  • 4

    Attention, je ne dis pas que tu n’as pas le droit de ne pas avoir aimé, je dis juste que tes arguments ne sont pas crédibles. Encore une fois, tu dis ici que les personnages sont « excentriques », mais il n’y a qu’un ou deux personnages dans le film ! Toutes les autres personnes qui apparaissent, genre les rednecks, sont des vraies personnes qui réagissent spontanément aux provocations de Bruno! Donc je ne vois pas comment tu peux critiquer les personnages…
    Quant à l’humour, il ne vient évidemment pas du personnage de Bruno comme tu avais l’air de t’y attendre, mais de la réaction des gens face à lui… Tu dis que l’interview d’Harrison Ford est du « vu 1000 fois », c’est n’importe quoi comme argument. Tu voulais qu’il fasse quoi? Qu’il aille voir 50 célébrités comme ça jusqu’à ce qu’il y en ait une qui ait une réaction différente? Ou qu’il les prépare et leur dise comment réagir? Ce n’est pas un film scénarisé (ou très peu), c’est un « documenteur » ! Le principe est d’obtenir des réactions réelles, je te rappelle, pas d’écrire des gags à la virgule près, contrairement aux autres films que tu cites !
    En clair, ce que je te reproche, c’est de balancer des arguments convenant à des films « classiques » pour dire que le film est mauvais, c’est en ça que je trouve tes critiques à côté de la plaque. Tu ne peux pas dire « c’est mal filmé » alors que la caméra est portée ou cachée la moitié du temps ! Tu ne peux pas dire « il aurait pu écrire des gags plus originaux » alors que les gags dépendent à 80% de la réaction spontanée des gens !

    Geouf on juillet 18th, 2009
  • 5

    Si tu regardes bien ma critique je ne crache pas sur la réalisation, je le souligne juste, ce qui est normal pour le lecteur qui l’ignore. Quant au fait qu’il s’agisse de réactions « spontanées », oui et non. Sasha Baron Cohen est peut-être doué pour surprendre les gens dans le vif du sujet, mais beaucoup de ses scènes sont quand même jouées. J’aurais tendance aussi à dire que c’est comme Michael Moore : il impose sa propre vision sans retenir d’indices positifs et il n’hésite pas à mettre tout en scène de manière très habile en oubliant de garder une certaine objectivité. Après, je pense que personne ne sait vraiment dire ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, mais je pense que ce qui s’est passé aux MTV Awards avec Eminem prouve que beaucoup de choses sont mises en scène. Pour Harrison Ford je pense que tu m’as mal compris : je ne critique pas la méthode, mais le passage avec son émission, c’était tout simplement nul. Bon après chacun ses gouts mais je ne comprends pas comment on peut trouver ça ne serait-ce que passable alors que ce n’est que de la mise en scène et du vulgaire. Je ne m’étendrai pas sur le sujet car j’ai déjà à peu près tout dit. Borat était du même niveau, il y avait également plein de trucs prévus (la scène avec Pamela entre autres), mais le film parvenait à mettre le doigt sur des thèmes plus intéressants et se centrait davantage sur l’être humain en général, sans ridiculiser le héros. Bon, après, le fait que tu me dises que ma critique soit à côté de la plaque je trouve ça un peu fort quand même… Je pense que tout le monde a sa vision des choses en général, même si parfois on a des avis similaires. Par exemple, tu trouves que Will Ferrel est un acteur fantastique pour ce que j’en ai lu, alors que pour ma part il est juste l’acteur le plus mauvais de ces dernières années. Je crois qu’en général, on n’est surtout pas d’accord sur la comédie en fait. Et même si je ne parviens pas à comprendre comment tu as pu aimer Frangins malgré eux je te laisse t’exprimer sans te dire que tu es à côté de la plaque car je pense que tous les avis sont intéressants pour peu qu’ils soient argumentés. Dans ma critique de Bruno, je dénonce surtout le manque d’intérêt du film. Ca dénonce la célébrité et la manière d’y arriver, la vision envers les homosexuels et un tas d’autres sujets, et alors ? Moi ça ne m’a ni choqué, ni touché. J’ai trouvé que c’était lourd, chiant, pénible, et que Bruno donnait comme image des homos qu’ils sont juste des bites sur pattes… Pour moi, ce n’est ni du divertissement ni une espèce de pseudo-documentaire, c’est entre les deux et Sasha Baron Cohen ne sait jamais sur quel pied danser. Tu passes de trucs admirablement mis en scène (l’interview à la télé) et édifiants même, à des trucs tout bonnement ridicules (le coup du fantome entre autres). Ok, Sasha voulait faire un documentaire humoristique on dira. Oui mais il en fait ou des tonnes, ou son humour est merdique ou il ne creuse pas assez son sujet. Je ne critique pas la manière de filmer ni ses méthodes mais bien l’intérêt du film, qui frole le zéro pour moi. Autant Borat j’avais trouvé ça sympa, autant Bruno ça m’a fait littéralement pitié. Le film est ultra-réducteur, puis zut s’il faut être vulgaire pour faire passer des messages où va-t-on ? S’il n’avait pas abordé des thèmes sensibles, tout le monde aurait craché sur Bruno. Parce qu’il se contente de les égratiner c’est un grand film ? Oui il y a peut-être un peu d’authentique, oui il y a des trucs effrayants, mais tu ne le savais pas déjà ? Tu ne savais pas que l’Eglise en général avait foutu un bordel monstre, traitait les homosexuels, les putes et les désoeuvrés comme des « attardés » ? Tout ça parce qu’ils ne sont pas pareils ? Moi je n’ai pas eu besoin de ce film pour m’en rendre compte. Comme je l’ai dit dans ma critique, il y a de l’idée dans ce film, le personnage de Bruno avait un énorme potentiel, mais tout cela est gâché par une vulgarité qui est tout juste là pour faire parler du film, et le pire, c’est que ça marche. Pour moi ce n’est ni plus ni moins qu’un très gros buzz, la promesse d’un truc énorme qui va nous jeter la vérité dans la figure et qui n’est finalement ni plus ni moins qu’un spectacle ridicule à souhait et vulgaire à outrance. Choquer pour faire parler. Enfin je dirai que dans ta critique tu dis qu’il faut vraiment avoir des oeillères pour omettre le côté satirique. C’est faux. Je l’ai bien entendu vu le côté satirique mais pour moi il est complètement raté dans la mesure où il revient sur des sujets archi-populaires (l’adoption d’enfants étrangers, les juifs et les musulmans, les homosexuels, l’Eglise,…) et ne fait que les effleurer comme je l’ai expliqué. Tu ne développes pas autant de sujets dans un film d’1h15. Ce n’est pas de la satire pour ma part, c’est juste une introduction, une esquisse. Si Bruno avait fait des émissions de 20 minutes sur chacun de ces thèmes, là ça aurait pu devenir intéressant, mais en film ce n’est pas possible. C’est exactement comme dans une dissertation. Tu ne vas pas juste citer un thème, tu vas expliquer ta pensée, le rapport avec la thèse de début etc. Certes ce n’est pas un documentaire qui se prend au sérieux mais là ça donne clairement l’impression du JT pour les jeunes : on passe vite en revue tout avec un ton très djeunz dans le fond et on essaye d’arborer un pseudo-look intellectuel et dénonciateur. Après bon, comme je l’ai dit, c’est toujours intéressant d’avoir plusieurs avis sur la chose mais je tenais bien à préciser mes pensées pour qu’on évite de me juger un peu trop vite sur ma manière de voir les choses.

    Etienne on juillet 18th, 2009
  • 6

    PS : désolé pour le comm supra-long… ^^

    Etienne on juillet 18th, 2009
  • 7

    Hello, me revoilà après quelques jours de vacances, et avant de repartir pour une semaine !
    Tout d’abord, tu n’as pas à t’excuser pour la longueur de ton post, au contraire. Ce sont des échanges comme ça qui me motivent à continuer ce blog !
    En plus je suis bien content d’avoir provoqué une telle réaction. Voilà enfin un vrai avis argumenté ! Ce que je reproche parfois à tes critiques sur Media Maniak (et entre autres à celle de Bruno), c’est que justement tu ne prends pas vraiment le temps d’argumenter ton avis et tu balances ton opinion comme si c’était une vérité universelle. Tandis que là, dans ce post, tu expliques clairement ce qui t’a gêné dans le film. Je ne suis toujours pas d’accord ;-) mais je comprends ton avis et je le respecte!

    Geouf on juillet 24th, 2009
  • 8

    Oui et non en ce qui concerne mes critiques. Dans certains cas, je trouve qu’une critique de longueur courte ou moyenne suffit, quand le film est formaté et qu’il n’y a pas grand chose à dire (exemple : love gourou). Généralement, j’évite d’en dévoiler trop sur le film, pour ne pas spoiler, ce que beaucoup de critiques font en général. C’est un parti pris. Je veux donner mon avis sans que le lecteur ne sache tout sur le film. Après oui je reconnais que dans certaines critiques je ne vais pas trop loin. J’aurais dû peut-être plus prendre mon temps pour bruno ;)

    Etienne on juillet 24th, 2009
  • 9

    Oui, bien sûr, sur certains films il est difficile d’en dire beaucoup, c’est pour ça que j’ai ma section « critiques en vrac ». Mais je pense que de temps en temps, des analyses un peu longues permettent de mieux argumenter son point de vue.
    D’un autre côté, on n’est pas obligé de faire très long lorsqu’on pose des arguments solides…

    Geouf on juillet 24th, 2009

 

RSS feed for comments on this post | TrackBack URI